fbpx

Un an et demi après avoir lancé ce blog de développement personnel, j’ai de plus en plus envie de partager ma pratique personnelle, toujours parsemée de théorie. L’information est disponible partout. C’est l’expérience qui nous aide à grandir. Je vous livre ici mon avis sur la biodanza que je pratique depuis peu à Bordeaux.

Cet article fera partie d’un double article. J’exposerai dans l’article suivant des éléments théoriques. Mon objectif principal est de vous montrer ici comment passer par le corps peut nous aider à aller mieux (de la même manière que ne pas l’écouter peut nous rendre malade), et également à faire grandir notre conscience. Rolando Toro Arenada, le créateur de la biodanza aurait d’ailleurs dit quelque chose comme « agissez d’abord, vous comprendrez ensuite ». Dans cet article, j’en profiterai pour vous parler des exercices, du lien avec l’estime de soi et du pourquoi certains auraient pu considérer la biodanza comme une secte

Vos commentaires et partages sont les bienvenus.

Suivre son intuition et apprendre : l’exemple de la biodanza

Comment je suis arrivé à pratiquer la biodanza

Je suis rentré de Colombie il y a deux mois et j’avais passé mon voyage en Amérique latine à danser. Cela (avec la musique omniprésente, les gens, la nature…), m’avait procuré une énorme joie. À peine rentré, je m’engageas dans un divorce qui détourna une part importante de mon énergie. Par la magie de la vie, Véronique, une anthropologue, me contacte par ce blog et me parle de la biodanza. Avant même qu’elle me donne son avis sur la biodanza, la simple évocation des mots « danser la vie, musique, se reconnecter à la joie » me donne instantanément envie d’essayer. Après 3 séances, à aucun moment je ne regretterai. La première session sera, selon la terminologie de la biodanza, une véritable vivencia (moment présent vécu intensément). Mon intuition a vu juste.

Estime de soi et secte : mon avis sur la biodanza

Commençons d’abord par la question que se posent les ignorants quand ils ne connaissent pas ou ne comprennent pas quelque chose. L’école de biodanza est-elle une secte ? Afin d’y répondre, voici une réflexion intuitive sur la biodanza qui m’apparaît dès la mise en place de la première séance.

Biodanza et estime de soi

Dès le début de la première séance, je sens très vite la joie des participants à se retrouver. Je ressens même physiquement l’esprit de groupe qui se forme. La joie est là, mais je perçois également qu’un certain nombre de personnes semblent fragiles. Elles viennent sans aucun doute se ressourcer. Je m’interroge alors très vitre une possible dépendance que pourrait créer le contraste entre la chaleur des rencontres d’une part, et le retour à la vie qui nécessite que les individus retrouvent leur autonomie d’autre part. J’ai l’intuition que le travail fait en biodanza est en lien profond avec l’estime de soi.

Biodanza et secte

Pour chacun, l’estime de soi peut être affectée par les épreuves de la vie. Ou bien dès le plus jeune âge à cause du manque de sécurité et d’amour des parents. Comme je l’indique dans mon article sur la différence entre estime de soi et confiance en soi, l’estime de soi est une notion plus intime que la confiance en soi.

Je pense que le pouvoir des sectes tient dans leur capacité à profiter de la faiblesse de ses adeptes. Plus précisément, les risques surviennent quand les adaptes sont dans une période de fragilité émotionnelle ou de dépendance affective. Le côté inclusif dérive alors vers la mise à l’écart de l’individu vis-à-vis de son environnement habituel au profit de la secte.

Rien ne m’a laissé penser que la biodanza ait été créée avec cette intention. Les pratiquants sont libres de revenir après chaque séance. Je pense que, même s’il est bon de garder un oeil critique, voir le mal là où il n’est pas nous prive de la spontanéité et de la joie.

avis sur la biodanza corps danse joie vie estime de soi secte

Comment j’ai vécu mes premiers exercices : mon avis sur la biodanza

Déroulé de la première séance

Confiance et responsabilité

La première séance commence par un cercle dans lequel chacun va exprimer son état émotionnel. C’est l’unique moment de la séance pendant lequel nous allons verbaliser notre ressenti. Le reste de la session sera consacré à l’expression corporelle.

Dès la formation du cercle, je sens que je me connecte aux autres et que se forme l’esprit de groupe. Le thème annoncé de la séance sera celui de la confiance… Bingo ! Il s’agit de sentir comment nous pouvons faire confiance aux autres et comment parfois nos comportements font réagir l’autre. En résumé, il s’agit de voir que nous sommes parfaitement responsables de la qualité des relations que nous créons et entretenons. Je me dis que c’est un sacré thème et j’aurais aimé vivre une telle séance plus tôt dans ma vie 😌

Puis la ronde se met en mouvement. La ronde est suivie d’une musique pour se mettre en marche. Je jouis de voir comment je peux tester différents rythmes de marche afin de ressentir celui qui me convient. Une invitation à s’écouter dans la vie… Puis nous marchons à deux. À un moment je marche avec un homme et je vois son manque de confiance en lui. Par un mouvement intérieur, je tente de créer un rythme commun. Le courant passe, le contact par le regard gagne en sérénité. Je suis comblé par cette expérience. Ensuite, à chaque moment de partage, je suis amener à prêter attention à la qualité de l’approche, mais également à la qualité de la séparation. Intéressant, très intéressant…

La puissance de la danse : mon avis sur la biodanza

Puis nous dansons, dansons sans contraintes ni consignes… juste pour la joie d’être en vie… Je prends un plaisir monstrueux. Je ressens la joie monter et gagner en puissance en moi. J’adore me lâcher en dansant pour permettre à chaque partie de mon corps d’être libre. Je prends également un grand plaisir à poser la main sur mon propre corps. Les moments de danse partagée sont forts également.

Plus tard dans la semaine, je lis “Va au bout de tes rêves” d’Antoine Fillissiadis, grand fan de Rolando Toro (fondateur de la biodanza). La tristesse du divorce me gagne ce jour-là. Je comprends que je dois danser ma tristesse. Je danse seul, m’enlace, me caresse comme un massage et je sens l’énergie revenir. La tristesse est transmutée. Mon avis sur la biodanza est un verdict : j’adore !

 » Tous les mots déforment le ressenti. Je ne peux percevoir des sentiments avec des mots car ils sont altérés par la raison. Au lieu de parler de vos tiraillements, dansez les ! » (Rolando, dans « Va au bout de tes rêves ! »).

De belles prises de conscience à la deuxième séance

Le thème est à nouveau la confiance. Lors de la ronde initiale, j’évoque ma tristesse récente (liée au divorce). Mais aussi la colère et la peur ressentie lorsque j’ai appris l’annulation d’un évènement professionnel que j’attendais impatiemment. J’écoute mes compagnons s’exprimer et après quelques minutes, mes émotions ont été transmutées. Magique !

Un exercice à deux me fait également beaucoup de bien. En binôme, nous devons alternativement : jouer une base solide pour permettre à celui qui danse les yeux fermés d’évoluer en confiance, et, danser en confiance sous l’action bienveillante de l’autre. Mon binôme est une femme et je suis curieusement surpris par le fait que, malgré ma carrure, je peux lui faire confiance. Je comprends que je n’ai pas pu faire confiance à la première femme de ma vie ; ma mère. Cela a sans aucun doute joué dans ma relation avec mon ex-femme. Waouh !

Enfin, un autre exercice me trouble. Nous devons danser en tournant comme une toupie à la façon des derviches-tourneurs. Afin que cela se passe pour le mieux, il nous est proposé de regarder notre main en face de notre visage pendant que nous tournons. L’extérieur va très vite mais regarder ma main en face de mon visage me calme. Je comprends que cette danse est à l’image de la vie. La vie peut changer à toute allure… Si nous acceptons de regarder à l’intérieur de nous, alors nous avons toujours en nous cette base stable qui nous aide à traverser le changement.

Nécessairement, mon avis sur la biodanza continue à être positif.

Et ça continue à la 3ème session… pourquoi s’arrêter ?

Cette fois, l’accent est mis sur le regard. Ou comment se détacher du besoin de reconnaissance, d’approbation… sacré thème !

Un exercice me marquera particulièrement lors de cette session. Cet exercice se fait en 3 temps et 2 groupes.

Un groupe regarde le groupe qui danse. Pour le groupe qui danse : 1- chacun s’autorise à danser comment il en a profondément envie devant l’autre groupe. 2- le groupe qui danse passe derrière le groupe qui observe et peut alors se lâcher complètement (puisqu’il se trouve dorénavant derrière le groupe observateur). 3- le groupe dansant repasse devant le groupe observateur et continue à danser.

Il est clair que le groupe dansant ne danse pas de la même manière avant et après être passé derrière le groupe observateur. J’observe en moi-même que je danse plus librement au retour. Quand l’exercice s’arrête, je réalise que si le bas du corps s’est senti libre, les mains aurait voulu encore plus bouger vers le haut. Et puis, lorsque le groupe des observateurs nous applaudit, je ressens physiquement le bien-être qui me gagne. Comme si j’étais rassuré par leurs applaudissements. Je dois avoir encore besoin de travailler mon autonomie et mon détachement du regard des autres 😉.

Mon avis sur la biodanza ne peut changer. Passer par le corps, l’action, le jeu, la joie… est décidément un beau moyen d’évoluer. À suivre.

Julien PINOT | Mage intérieur

Coach personnel | Bordeaux, Marseille, Paris, Moscou

Développement spirituel | Bordeaux, Marseille, Paris, Moscou

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2020