fbpx
Dans le premier article de ce dossier sur le développement personnel, je vous donnais ma définition du développement personnel. Ma vision dépasse le modèle de développement personnel américain, visant la performance, pour rejoindre la philosophie et la spiritualité. Dans le second article, j’exposais quelques courants d’influence occidentale et surtout les bienfaits et bénéfices du développement personnel. Les principaux avantages du développement personnel sont pour moi une plus grande paix de l’esprit et le calme intérieur. Dans ce troisième article, je vous propose une démarche de développement personnel et spirituel, et quelques éléments de méthode. Puis dans le quatrième article, je vous indiquerai comment choisir ses techniques de développement personnel, en lien avec la démarche proposée. Enfin dans le cinquième et dernier article, je vous suggèrerai quelques exercices de développement personnel « pour les nuls », en lien avec les techniques précitées. Ainsi vous pourrez commencer à pratiquer par vous-même.
 
Ce site internet et ce blog de développement personnel sont, tout comme moi et mon point de vue, en évolution. Vos commentaires et partages sont donc les bienvenus.

Le temps et la mort, clefs de la démarche de développement personnel

L’égo et le mental, acteurs de la démarche de développement personnel

Pour les lecteurs et lectrices souhaitant des précisions, je vous invite à (re)lire l’article sur les niveaux de la conscience.

L’égo, clef du rapport à la mort en développement personnel

L’égo est la partie de nous qui assure notre survie. Sa principale fonction est de préserver l’intégrité corporelle, voire psychologique et psychique, de l’individu. Autrement dit, l’égo cherche à éviter la mort (physique, folie). Pour simplifier, sans égo nous risquerions de nous faire renverser par une voiture à notre prochaine traversée de route. Ce qui signifierait la fin de notre expérience de vie. Est-ce bien raisonnable ? ?
L’égo, et son rapport à la mort, est un élément-clef de la démarche en développement personnel. Car comme vous le constatez, l’égo assure une fonction. Mais s’il déborde, s’il prend trop de place, il nous fige et nous enferme. Je vous présenterai les visages de l’égo dans un prochain article. Mais ici je peux vous citer librement un premier visage que vous comprendrez plus facilement ; le besoin de contrôle. Tiens, peut-être que cela commence à vous parler ? ?
 
L’égo est donc utile sauf quand il finit par mettre son empreinte dans de nombreux aspects de notre vie.

Le mental, clef du rapport au temps en développement personnel

Le mental est relié à l’égo mais est beaucoup plus « intéressant ». Un animal n’a pas de mental par exemple. En revanche, il assure sa survie grâce à son égo. Or comme il n’a pas de mental, son égo ne peut (de fait) pas y « déborder ».
Le mental est ce qui nous sert à modéliser notre monde. Il découpe, décortique, analyse, rationalise etc. Le mental est lié au cerveau gauche. Le mental agit de manière linéaire et temporelle. Pour le mental, un évènement a une cause et une conséquence. Le mental est lié au temps qui passe.
Dans notre expérience de vie incarnée et notre démarche de développement personnel, le mental tient donc une place importante. Il va en effet nous aider à structurer méthodiquement cette démarche. Puis il va nous aider à mettre en place ce qui est la conséquence de nos décisions et nos choix.

Exercice pour faire évoluer son rapport au temps à la mort

J’ai récemment été confronté à un exercice de développement personnel qui va servir à illustrer mon propos. Il a été proposé par Bernie Roth (professeur de Stanford). Je vous invite à le faire. Pour cela, répondez à chacune des questions suivantes seulement après avoir répondu à la précédente :

  1.  Que feriez-vous s’il vous restait 10 minutes à vivre ?
  2.  Et s’il vous restait 10 jours ?
  3.  10 mois ?
  4.  10 ans ?
  5.  Tout le reste de la vie ?
Cet exercice de développement personnel est beaucoup plus subtil que de répondre à la seule question « que feriez-vous s’il vous restait 6 mois à vivre? ». En outre, il m’a amené à deux remarques avant de continuer sur ma proposition de démarche en développement personnel.
 
Tout d’abord, on constate que si la mort approchait nous serions plus susceptibles de faire des choix radicaux. Or à mon sens, une méthode de développement personnel qui soit juste ne doit pas nous laisser agir dans la vie en faisant comme si chaque jour était le dernier. Car sinon, nous risquons de rentrer dans une forme de détresse.
Cependant, la réponse à chaque question peut constituer une partie de la réponse à la question suivante, à la temporalité plus « large ». Par exemple à la question 1 ; j’avais répondu que je dirais « au revoir » et remercierais les personnes qui ont compté dans ma vie. Cette réponse A est une partie de la réponse aux questions 2/3/4/5 qui inclut cela A+X+Y+Z etc. Il s’agit là d’un aspect d’une possible méthode de développement personnel.
demarche de developpement personnel methode ego mental tarot mort coach bordeaux marseille paris moscou

Vers une méthode de développement personnel et spirituel

D’une méthode basique à une démarche de développement personnel exceptionnelle

A la lumière de l’exercice précédent, une méthode de développement personnel « basique » pourrait favoriser une logique d’urgence. Sans conscience de ce qui se passe dans notre vie, nous donnons souvent la priorité à l’urgent ou aux futilités. L’urgence peut ici être considérée comme certains contraintes sociales ou professionnelles, par exemple. Avec conscience, on se recentre sur ce qui est important pour nous. Etre dans l’urgence favorise l’égo qui s’immisce dès que nous ne sommes plus conscients de ce que nous faisons. Prendre conscience de soi et de ce qui nous importe, nous permet de trouver l’équilibre. Et qu’est-ce que cela soulage !
 
Pour développer, je refais un parallèle avec la pyramide de Maslow et la pyramide des niveaux logiques de Dilts. (cf. articles sur la confiance en soi et l’estime de soi). Si j’envisage l’expérience humaine comme l’expérience d’une vie unique, par rapport à quelqu’un qui envisage des vies multiples (réincarnation, vies parallèles etc), je suis plus à même de faire des choix d’urgence. Par exemple, je peux m’orienter vers ce que j’ai « à gagner rapidement » dans cette vie. Si je grossis le trait, je dirais que nous pourrions nous limiter à nos besoins « primaires » (argent, relations sociales etc.). Cependant il va nous manquer des éléments fondamentaux comme la quête de sens et le besoin de réalisation de soi.

Construire une démarche qui prenne en compte l’égo et le mental

Inutile de lier l’égo et le mental, ils ont une fonction utile.

L’égo et le besoin de reconnaissance et d’amour

Le besoin de réalisation de soi nous est en général ouvert lorsque nous traversons une crise. Ou lorsque nous ressentons un appel très fort de notre âme. Si cela vous gène, vous pouvez remplacer le mot « âme » par « coeur » ou « for intérieur ». Les personnes qui ont en apparence tout pour bien vivre – réussite sociale, argent etc.- le savent très bien. Car souvent la réussite sociale, l’argent, la réussite entrepreneuriale arrivent par l’extérieur. Car si je gagne de l’argent, c’est que les autres m’en donnent. Et s’ils m’en donnent, c’est que j’offre une réponse à leur besoin. Pas forcément le mien ! Obtenir la reconnaissance des autres n’est pas synonyme de reconnaissance par soi-même de qui l’on est.
Alors que l’inverse est vrai. Si je me reconnais alors je vais attirer à moi des gens qui me reconnaissent ou se reconnaissent en moi. Une des premières demandes de l’égo, mise à part la survie donc le besoin de contrôle, est le besoin de reconnaissance et d’amour. Si je me reconnais, alors j’arrête de nourrir les peurs de mon égo et celui-ci retourne à sa place.

L’éveil pour remettre l’égo et le mental à leur place

Comme nous l’avons vu également, la principale peur de l’égo est celle de la mort. En modifiant son rapport à la mort, nous pouvons également modifier le pouvoir que l’égo a sur nous. A mon sens, le point de départ crucial que devrait prendre en compte toute démarche de développement personnel serait d’aller contacter notre part immortelle ; notre âme.
Cette possibilité est en générale apportée soit par :
  • Un évènement majeur dans notre vie, positif (naissance, mariage etc.) ou négatif (décès, dépression, accident etc.)
  • Une expérience mystique de vie
  • Des techniques de développement personnel comme les techniques de méditation ou le yoga par exemple.
Ainsi, certains déclarent avoir eu un éveil suite à une montée de kundalini, une expérience d’extase etc. C’est effectivement une forme d’éveil, mais pas une expérience complète de réalisation du soi. C’est simplement le point de départ d’un nouveau regard sur la vie.
 
J’ai personnellement vécu ces trois formes d’expériences. Mon besoin de travail sur soi a commencé avec la naissance de mon 1er enfant. Des années après, avec une vie un peu désordonnée, j’ai vécu une expérience mystique. J’ai ensuite fait une forme de déprime ou de dépression. Puis j’ai fait d’autres expériences de synchronicités et rencontré des formes de « maîtres » spirituels etc. Pour moi, la principale conséquence de toutes expériences a été de savoir, c’est à dire de comprendre dans mon corps, que j’ai une part divine (l’âme). Dès lors, je n’avais plus à tout réaliser dans cette vie. Cela enlève beaucoup de pression ! Et cela met aussi beaucoup de perspective. Une vraie chance ! Merci !
 
Ici bien entendu, vous comprendrez peut-être pourquoi le mental n’est qu’un outil. Le mental n’est pas qu’une machine à dompter et à rendre plus performante à chaque instant. Adieu la préparation mentale pour la seule performance !

Vers une démarche de développement personnel et spirituel

En conclusion, je dirais qu’il est un peu tôt pour parler d’une méthode de développement personnel. Une méthode implique un ensemble raisonné d’étapes en vue de poursuivre une intention ou une direction. Or selon mon expérience, il n’y a pas véritablement de méthode adaptée pour tous. Dans ma pratique personnelle, je poursuis une approche de développement personnel assez intuitive. Je choisis chaque nouvelle étape en fonction de mon état actuel et de mes avancées récentes. Je vous engage donc à suivre une de démarche intuitive en développement démarche en fonction de vos souhaits. Ceci dit, comme je vous l’ai exposé aujourd’hui, il y a de grands principes en développement personnel. La démarche de développement ne saurait donc être complète sans prise en compte de l’égo et du mental. Ce sont des pierres angulaires du développement personnel.
 
Tout cela ne remet pas en cause une vie bien vécue suivant ses valeurs, ses besoins et désirs profonds. Bien au contraire, car cet aspect est également essentiel pour augmenter la joie de vivre. Cependant, au fond de lui, qu’il en soit conscient ou pas, chaque être humain a besoin d’être relié à quelque chose de plus grand que lui. Nous ne sommes pas obligé d’attendre un évènement majeur pour changer. C’est à cet effet qu’existent les techniques majeures du « véritable » développement personnel. Une fois qu’une brèche a été ouverte dans l’esprit conscient, alors peut commencer un plan complet de développement personnel. Plan qui, vous l’aurez compris, va bien au-delà de la vie suivant le schéma métro-boulot-dodo ?
 
Bienvenue dans la vraie vie !
Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2018