fbpx

Dans ce blog de développement personnel, j’ai décidé d’écrire davantage mes articles au fur et à mesure de mes expériences personnelles. J’ai réellement commencé à vivre l’aventure du développement personnel il y a près de 5 ans. Depuis le début, je ressens qu’un aspect crucial de ma démarche touche à l’importance d’équilibrer masculin et féminin en moi. En cette période de remise en cause du modèle pyramidal et paternaliste, l’expression « féminin sacré » est sur beaucoup de lèvres en spiritualité. Le symbole du masculin sacré est, quant à lui, finalement peu abordé. Dans le premier article de ce dossier, j’aborderai d’abord la notion de masculin sacré.

Puis dans le second article, je vous parlerai du rite de passage moderne que j’ai vécu en ce début 2020, pour mon initiation au masculin sacré. J’aborderai également un aspect primordial des rites initiatiques, à savoir le travail sur l’ombre. Enfin dans le dernier article, nous irons nous connecter au sacré, aux symboles et archétypes du masculin sacré. Et je vous partagerai encore plus profondément mon expérience. 

Hommes comme femmes, vos commentaires et partages sont les bienvenus !

Éléments d’introduction sur l’homme, le masculin et le masculin sacré

Quelques éléments de spiritualité sur le sujet

Ici, j’aborde quelques éléments théoriques qui me semblent essentiels. Comme tout ici n’est qu’une histoire de vérité personnelle, je dirais même que ces éléments sont ontologiques de ma philosophie personnelle. Ainsi, dans mon système de croyances, au départ, l’univers était un. Un comme une conscience divine en équilibre parfait. Puis apparu le désordre qui mis l’univers dans un mouvement intérieur. Ce mouvement, ou dualité, devait permettre au divin de faire l’expérience de lui-même. L’expérience humaine se fait donc dans ce monde de dualité.

Pour nous réaliser s’agit-il de transcender la dualité ? Je vous laisse émettre des hypothèses à ce sujet. Impossible pour moi d’y répondre à mon stade d’évolution.

Donc, suivant le principe de dualité, coexistent dans notre univers :

  • conscience et expérience
  • masculin et féminin
  • information et matière
  • électricité et magnétisme
  • ciel (foudre) et terre (attraction)
  • dans les religions : religion monothéiste (par exemple : le vieux barbu dans le ciel) et paganisme (le règne de la déesse mère)
  • père et mère
  • vérité et jouissance
  • homme et femme
  • féminin et masculin…

Je pense que vous avez compris. L’aspect synthétique de cette classification doit vous permettre de mettre beaucoup de choses en lumière.

Le féminin et le masculin en l’Homme

Dans mon dossier sur le développement personnel, je cite volontiers Carl Gustav Jung aux origines occidentales du développement personnel moderne. Jung considère, à juste titre, que nous sommes le fruit de la rencontre d’un homme et d’une femme. Afin de ne stigmatiser personne, je pourrais écrire plus « factuellement » : fruit de la rencontre d’un symbole masculin pénétrant (spermatozoïde) et d’un symbole féminin réceptif (ovule). La conséquence directe est que nous avons tous du féminin et du masculin en nous.

Jung appelle anima la part féminine en l’homme (en particulier dans sa psyché). Et l’animus la part masculine en la femme. Plus précisément, l’anima s’attacherait à l’archétype féminin et l’animus à l’archétype masculin. Un archétype est une représentation symbolique universelle dans l’inconscient collectif. Autrement dit, l’archétype est une représentation idéale et non la réalité. Autrement dit, un homme / une femme a une représentation de la femme idéale / de l’homme idéal, en lui / en elle. Cette représentation provient de notre culture et de notre héritage familial, et bien entendu de notre mère / père.

Tentative de définition du masculin sacré (et du féminin sacré).

Expressions de l’anima et de l’animus

Jung a présenté les concepts d’anima et d’animus à partir des archétypes anciens de Éros (signifiant « amour » ou « énergie de vie ») et de Logos (principe d’ordre et de connaissance). Éros, le féminin, est associé avec la réceptivité, la créativité, les relations, la totalité… Logos (l’homme), est identifié avec le pouvoir, la pensée et l’action.

L’anima est la personnification de toutes les tendances féminines, positives et négatives, dans la psyché d’un homme. Une expression positive de l’anima aboutit à de la sensibilité et de l’empathie, la capacité d’avoir des relations aimantes, du goût pour la nature. Mais si l’anima est rejetée, elle se déforme. Les sentiments et émotions sont remplacées par des côtés lunatiques, de l’hystérie et de la sensiblerie. La fidélité devient possessivité, l’esthétique de la sensualité, la tendresse de l’effémination, l’imagination de la fantaisie…

De l’autre côté, l’animus amène force de conviction, assertivité, courage, force, vitalité et un désir d’accomplissement. Sinon l’asservité s’exprimera sous un caractère agressif et grossier, l’esprit analytique deviendra esprit de contradiction…

Et le masculin sacré c’est quoi alors ?

À la lumière de ce qui a été évoqué, je pense que vous voyez mieux quelles peuvent être les qualités que doit incarner un homme dans son masculin sacré. Plutôt qu’un long texte, voici tout d’abord une image d’hommes qui (en apparence) ont su incarner leur masculin sacré. De vrais guerriers pacifiques… (Dans l’ordre : Mandela, Gandhi, Luther King).

masculin sacre guerrier pacifique homme femme feminin energie cercle parole hommes bordeaux marseille paris moscou

Le masculin sacré est à mon sens la capacité qu’à un homme à incarner à la fois les valeurs « positives » de l’animus comme de l’anima.

Les valeurs masculines du masculin sacré

Je remercie Véronique Baudoux pour le travail synthétique qu’elle a su mener sur ce qu’elle nomme les 7 pouvoirs du masculin sacré :

  1. pouvoir de propulsion : énergie électrique – émissivité – expiration >> utilisation du cerveau orienté solution et action
  2. décision : faire des choix en dehors du jugement extérieur – devenir son propre juge
  3. pouvoir de transformation : bouscule ce qui stagne – moteur d’expansion
  4. poser des limites : saine et sainte colère – stoppe l’abus
  5. pouvoir de protection : de soi-même et des autres
  6. désir : énergie de la vie, exprimer notre essence, l’honorer
  7. pouvoir de maîtrise : différent du contrôle, y compris concernant son propre pouvoir

Une conséquence de ce qui est exposé serait qu’une « mauvaise » expression du masculin pourrait signifier :

  • statisme,
  • indécision, doute,
  • stagnation,
  • agressivité,
  • indifférence, abandon,
  • petite mort, routine (la mort dans la vie), incapacité à exprimer,
  • contrôle.

Je vous livre ces éléments dans leur polarité « négative » car suivant les individus, il est parfois plus facile de se reconnaître dans l’une ou l’autre de ces polarités.

Le masculin doit aussi intégrer des qualités féminines « positives »

Vous l’aurez compris, un homme dans son masculin sacré exprimera également ses « belles » qualités féminines (celle du féminin sacré) :

  • sentiments et intelligence émotionnelle,
  • sensibilité,
  • écoute et empathie,
  • amour de la nature,
  • amour de ses proches,
  • capacité de soigner,
  • fidélité,
  • tendresse,
  • réceptivité et sens de l’accueil,
  • jouissance dans la vie,
  • pouvoir d’attraction et magnétisme,
  • intuition,
  • créativité.

De la manière que plus haut, une expression « négative » du féminin peut être :

  • incapacité à vivre ses sentiments, à aimer,
  • confusion et mauvaise gestion des émotions,
  • fermeture, insensibilité,
  • destruction de la nature,
  • infidélité,
  • brutalité, domination,
  • incapacité à recevoir,
  • ne pas savoir accueillir,
  • ne pas pouvoir jouir de la vie,
  • être dans ses pensées en permanence, hyper-rationalité…

Vous l’aurez compris, hommes et femmes doivent finalement composer avec leurs parts masculine et féminine.

Mais alors c’est quoi la différence entre un homme et une femme ?

Pour tenter d’expliquer la différence entre un homme et femme, me vient l’image de polarités + et – . De façon purement arbitraire, j’aurais envie d’écrire que le plus (+) est une polarité émissive alors que le moins (-) est une polarité attractive. Un peu comme pour les principes de dualité exposés, me viennent les propositions suivantes :

  • l’homme est émissif et la femme attractive,
  • l’énergie de l’homme part de l’intérieur vers l’extérieur,
  • l’énergie de la femme va de l’extérieur vers l’intérieur,
  • l’homme pénètre et la femme est pénétrée,
  • l’homme explore le monde extérieur,
  • la femme explore le monde intérieur,
  • la force de l’homme est extérieure (physique)
  • la force de la femme est intérieure (par exemple : les femmes peuvent supporter la douleur de l’accouchement)
  • l’homme est fort à l’extérieur et tendre à l’intérieur
  • la femme est forte à l’extérieur et douce à l’extérieure
  • la femme est attirée par la beauté intérieure, l’homme par la beauté extérieure ? 😂 Je dérive…

En fait, je pense intimement que homme et femme sont complémentaires. Hommes et femmes expriment des qualités masculines et féminines, mais de manière différente. Il ne fait nul doute également que les proportions de ces qualités sont différentes. Une femme aura plus de qualités féminines et un homme plus de qualités masculines.

Et vous l’avez compris, l’expérience de l’homme est davantage extérieure quand la femme vit une aventure intérieure.

Je pense cependant que hommes et femmes ont à gagner à équilibrer leur masculin et leur féminin.

Julien Pinot | Mage Intérieur

S’ouvrir au sacré par la magie du voyage | Trickster ©

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2020