fbpx

Dans le premier article de ce double article sur la série Vikings, je vous faisais la démonstration que vous pouvez vous engager dans du développement personnel et spirituel en regardant la télévision. Nous sommes allés visiter le rapport à la mort, au choix, au destin et à la spiritualité des Vikings. Dans ce deuxième article, je vous invite à une comparaison de la culture viking avec le modèle paternaliste chrétien. Nous étudierons également les personnages vikings et les principaux archétypes auxquels ils me renvoient. Regardez Netflix et entamez une démarche de développement personnel et spirituel

Vos commentaires et partages sont les bienvenus.

Spiritualité, modèle chrétien et monde païen

Un des aspects cruciaux de la série Vikings tient à la confrontation de deux mondes bien distincts. Il y a d’un côté la vision païenne du monde chez les Vikings. Et de l’autre, le monde occidental où règne la religion chrétienne. À mon sens, la grande force de Ragnar Lothbrok, le plus important des personnages vikings, viendra de ce qu’il cherchera à comprendre « ses ennemis ». De son premier raid sur l’Angleterre, Ragnar Lodbrok ramènera un prête, Æthelstan, qui deviendra son ami. Avec Athelstan, ils auront de nombreuses discussions à propos du Christ et autour de leurs religions respectives.

La société viking

La vision animiste des personnages Vikings me semble finalement assez spirituelle, et reliée à la magie de la vie. Je dis cela dans le sens où elle me semble assez incarnée et connectée à la vie. Par exemple, à la fin du long voyage qu’est-ce film, Lagertha (l’ex-femme de Ragnar devenue reine) rencontre l’évêque (ô combien « pécheur ») Headmund. Ce dernier est attiré par la luxure. Elle lui indiquera que le plaisir de la chair est encouragée par les dieux vikings, ce qui ne déplaira pas à Headmund (😉). Elle lui indique même que les personnages vikings ne ressentent aucune culpabilité lorsqu’ils ont des relations « purement sexuelles ». Vous pouvez relire si besoin mon article sur la distinction entre culpabilité et responsabilité.

Cependant, Lagerta fera une révélation en suivant à Headmund, qui montre que le société viking n’est dénuée ni de responsabilité, ni de règles. Ainsi, elle lui indiquera, en commentaires sur les pensées que Headmund qualifient d’affreuses : « Tes pensées sont tes pensées. En revanche, si ce sont tes actes qui sont monstrueux, c’est autre chose. ». Un beau rappel sur la distinction entre une pensée et un acte.

Ensuite, un aspect qui m’a marqué, est que la société viking me semble beaucoup égalitaire que la société chrétienne. En effet, les femmes sont globalement considérées comme les égales de leurs maris. Elles peuvent par exemple devenir des « guerrières au bouclier » et partir en guerre avec leurs guerriers de mari. Les rares cas où l’on voit un mari s’y opposer, sont les périodes où leurs femmes sont enceintes. Une façon intelligente de protéger la vie… Quand les chrétiens de l’époque peuvent châtier leur femme sans motif, je trouve finalement assez modernes certaines moeurs vikings. Pas si barbares que ça…

L’anthropologie nous montre bien que la morale varie sur les cultures et les époques.

Le monde chrétien

La société chrétienne de l’époque est toute autre. Nous ne sommes pas encore à l’époque de l’inquisition. Mais on sent bien les chrétiens ne se battent pas seulement pour la terre (la déesse mère). Ils se battent également au nom des idées, qui viennent du ciel (dieu le père).

Leur vision de l’éthique est infantilisante. Il y a, selon le clergé, un vieux barbu qui a défini le bien et le mal et qui indique aux Hommes comment ils doivent vivre s’ils veulent rejoindre le paradis. Le monde viking semble tourné vers l’incarnation et l’apprentissage de ses choix et ses erreurs. Le modèle chrétien est paternaliste et cherche à imposer une vérité unique. Il en résulte une structure pyramidale où le pouvoir est détenu soit par don du sang (la royauté) soit par la connaissance des textes « sacrés » (le clergé). Les Vikings votent pour appliquer un châtiment. Les Chrétiens s’en réfèrent au pouvoir royal ou religieux. Je vous laisse imaginer dans quel monde vous préféreriez vivre.

Il en résulte une différence importante. Dans la culture chrétienne, les valeurs sont prédéfinies pour tous et personne n’a à chercher en soi. Chez les personnages vikings, il y a des valeurs communes. J’ai noté en particulier les valeurs suivantes : le courage face à la mort (et à la vie), l’honneur et la vengeance, l’affirmation. Maintenant les personnages vikings ont beaucoup plus de choix et de liberté.

personnages vikings archétypes guerrier magicien roi amant païen chrétien culture valeurs morale ethique

Les personnages vikings et leurs archétypes

​Pour comprendre la notion d’archétype, je vous renvoie à mon article sur Jung et celui sur mon rite de passage vers le stade d’homme. Voici les principales réflexions que me renvoient les principaux personnages vikings et chrétiens. 

Les personnages vikings

Inutile de préciser que tous les personnages vikings (hommes et femmes) sont connectés à l’archétypes du guerrier.

Ragnar Lothbrok

Personnage central de la série, Ragnar exprime à mon sens la volonté de faire ses choix seul, d’imprimer son destin et d’agir comme un roi dans l’intérêt de son clan. Ragnar montre à plusieurs reprises qu’il est passé de fermier à Jarl, puis de Jarl à roi, non par ambition personnelle, mais afin de servir quelque chose de plus vaste que lui. Un vrai leader !

À noter, pour ceux qui connaissent la PNL, qu’avant de prendre une décision ou de nommer quelqu’un, Ragnar se met toujours en positon « méta » (celui qui observe un système humain), comme un magicien.

Je pense que parmi les archétypes du masculin, c’est finalement l’amant qu’il incarne le moins, car il est plus connecté à sa tête qu’à ses émotions. À la fin de série, il croit plus en ses choix qu’en ses dieux. Il regrette ses erreurs et il semble être devenu athée, voire presque nihiliste…

Floki

À la fois complexe et important. En effet, il est charpentier. C’est lui qui construit les bateaux dont les Vikings ont besoin pour parcourir les mers. Il est donc à la fois manuel et intellectuel.

Mais il est aussi un magicien, clairement doué de médiumnité. Cependant son narcissisme en fait un être à part, qui se croit punit lorsqu’il pense que les Dieux ne l’exaucent pas. Un fanatique attachant, qui aime ou déteste ! Il est également connecté à l’archétype de l’amant car très connecté à ses émotions.

C’est clairement le personnage dont je me sens proche par ma personnalité.

Rollo

Frère de Ragnar, il vit amèrement d’être dans son ombre. Rollon est à mon sens l’archétype du pouvoir et de l’affirmation. Il échouera une première fois à renverser Ragnar pour sortir de l’ombre. La deuxième fois, il obtiendra, à la faveur d’une guerre, le titre d’un comte français. Peu importe les moyens et le territoire, Rollo veut le pouvoir. La phrase que je retiens : « Je suis qui je suis, pas besoin de s’excuser. »

Bjorn côte-de-fer

Le premier fils de Ragnar, attachant. Afin de devenir un homme, un moment-clef de la série sera pour moi quand il part seul dans la forêt pendant l’hiver. Pour survivre, il devra tuer un ours. Une très belle initiation !

Lagertha

Première femme de Ragnar, à la fois belle, guerrière, mère, femme, amante. La guerrière au bouclier ; une femme au yang bien affirmé. 

Les personnages chrétiens

Æthelstane 

Un des personnages principaux de la série. Initialement prête chrétien, il va vivre dans les deux religions ; celle d’Odin et de Jésus-Christ. Dans la saison 2, il va devoir choisir. Athelstan représente pour moi l’archétype du doute. Il va cependant chercher à transcender, à dépasser les deux religions pour voir au-delà. Attachant et humain. 

Le roi Ecgberht

Personnage très important également, il est incarne parfaitement l’archétype du roi (rempli d’estime de soi). Le roi Ecgbert pourrait selon moi être l’ombre de Ragnar. Le roi Egbert et Ragnar s’épanouissent dans l’adversité et se respectent mutuellement.

Comme Ragnar, le roi du Wessex aime Athelstane, ou du moins ce qu’il incarne. Comme Ragnar qui s’est fait baptisé, il a compris que ni ses dieux ni le Christ ne sont la solution. Une façon de dépasser la dualité pour aller vers l’unité.

Julien Pinot | Mage Intérieur

Coach en développement spirituel | Bordeaux, Marseille, Paris, Moscou

Guide spirituel | Bordeaux, Marseille, Paris, Moscou

Développement personnel et spirituel | Bordeaux, Marseille, Paris, Moscou

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2020