fbpx
Voici un double article sur la programmation neuro-linguistique (PNL – NLP en anglais). Je vous invite dans un premier temps à visiter l’histoire de la programmation neuro-linguistique (PNL). Dans le prochain article, nous nous arrêterons plus longuement sur le coaching génératif. Le coaching génératif est une des dernières évolutions de la PNL, incarnée par Robert Dilts et Stephen Gilligan.
Dans cet article, l’objectif n’est pas de répondre par une définition simple à la question « qu’est-ce que la programmation neuro-linguistique ? ». Ni de traduire ce que signifie l’abréviation PNL. L’objectif est de comprendre l’intention qui a sous-tendu la création de cette discipline. Lire son histoire et sa philosophie vous aidera à saisir ce que peut vous apporter la programmation neuro-linguistique, si jamais vous envisagiez un coaching de vie ou un coaching en développement personnel, ou plus simplement pour votre compréhension de l’humain.
 
A dire vrai, je pense sincèrement que mieux la programmation neuro-linguistique fait partie des méthodes de développement personnel qui devrait être être enseignée à l’école, voire même au plus tard dans l’entreprise. La programmation neuro-linguistique est beaucoup plus qu’une technique de manipulation, très justement soumise à la critique dans cette optique. Elle est une approche systèmique de l’être humain. Sa principale fonction est de remettre de la cohérence entre nos différentes parties, dont la trinité corps – âme – esprit.
 
Vos commentaires et partages dans vos réseaux sociaux préférés sont les bienvenus.

L’histoire de la programmation neuro-linguistique (PNL) et ses fondations

L’excellence thérapeutique, fondement de la programmation neuro-linguistique

La programmation neuro-linguistique a été initiée à la fin des années 1960 par Richard Bandler (1949-), brillant étudiant de l’Université de Santa Cruz. A cette époque, la Californie est en pleine effervescence avec l’émergence de nouvelles cultures (certains diront contrecultures). Le mouvement du potentiel humain, l’école de Palo Alto et la Gestalt-Thérapie touchent particulièrement Richard Bandler. Il est également attiré par d’autres mouvements de développement personnel comme le cognitivisme, la bioénergie, l’analyse transactionnelle, la technique Feldenkrais, la psychosynthèse (en devenir) etc.
 
C’est durant cette période bousculée par le mouvement hippie que Richard Bandler rencontre Fritz Perls (1893-1970), psychanalyste et neuropsychiatre allemand. Perls est très recherché pour son approche alors qu’il a créé la Gestalt-thérapie qui a de très bons résultats. Cependant, Perls vieillit et Bandler s’inquiète pour la relève et l’avenir de cette thérapie. Bandler suit donc une formation de formateur.
Or il est encore plus troublé, car si Perls est un excellent thérapeute, il n’est en revanche pas un bon pédagogue. Il accomplit de magnifiques démonstrations durant ses cours mais est incapable de transmettre une méthode. « Ecoutez vos tripes ! » déclare-t-il sans spécifier comment faire. Bandler analyse la situation en détail et conclut qu’il faut décoder les façons de faire de Perls et mettre à jour ses processus internes. Il lui vient ainsi l’idée de « modéliser » Perls. Bandler va donc chercher à ce que les étudiants n’apprennent pas seulement le contenu des cours, mais qu’ils soient capables de décoder et de transférer un processus cognitif. Autrement dit, les étudiants vont devoir « apprendre à apprendre ».
 
Cette démarche d’apprentissage par la modélisation de thérapeutes et de coachs d’excellence a donné naissance à la programmation neurolinguistique.

La modélisation de la Gestalt-thérapie, élément fondateur

Bandler obtint ensuite l’autorisation de créer des groupes de recherche où participeraient des étudiants de l’université de Santa Cruz pour tenter sa thèse de doctorat. Seulement, il ne savait modéliser qu’intuitivement. Il contacta donc John Grinder (1940-), un de ses professeurs, reconnu comme un des très grands linguistique de son époque. Constatant les résultats impressionnants que Bandler obtenait en transmettant ses cours auprès des étudiants, Grinder accepta de l’accompagner et de superviser la thèse de Bandler.
 
Bandler enseignait la Gestalt-thérapie en répétant de façon systématique ce qu’il avait appris en regardant les vidéos de Perls, et Grinder, de son côté, décodait les processus linguistiques utilisés. En quelques mois, tous les schémas de langage de Perls furent décodés. Et un nouveau modèle d’application thérapeutique fut créé et appelé le « métamodèle », ou « modèle des modèles » (pour « apprendre à apprendre 😉»). La thèse doctorale de Bandler devint le premier livre de programme neuro-linguistique «  The structure of magic » (Structure de la magie – 1975).
 
En 1973, plusieurs étudiants – collaborateurs se joindront à eux ; parmi lesquels Robert Dilts, dont nous reparlerons. Cette communauté pluridisciplinaire est très curieuse. Elle s’intéresse de près à l’apprentissage et au transfert de compétences. Mais également à la communication, à la subjectivité humaine. En cherchant des réponses à leur multiples questions, ils donnent naissance aux premières techniques et outils de la programmation neuro-linguistique. Il y a parmi eux les préférences sensorielles et les systèmes de représentation, les mouvements des yeux (l’utilisation thérapeutique des mouvements oculaires donnera ensuite vie à l’EMDR, l’EMA / AMO), les ancrages et le recadrage.

La modélisation de Virginia Satir et de la thérapie familiale

Alors qu’il assistait en 1974 au congrès annuel des praticiens en thérapie familiale, Bandler intervint au cours d’une formation de Virginia Satir (1916-1988). Il donne la solution à un problème posé par Satir alors que les spécialistes n’y parviennent pas. En cherchant à comprendre comment il avait procédé, Satir comprit que Bandler avait modélisé ses processus et son approche en décodant sa structure linguistique. Impressionnée, elle demanda à Bandler et Grinder de la modéliser.
Après quelques mois d’observation et de compilation, ils se rendent compte que Satir utilise la même structure de langage que Perls. Comment deux thérapeutes exceptionnels, mais tellement éloignés dans leur style, pouvaient-ils se rejoindre dans leur structure et leurs processus ? La connaissance de la structure linguistique de Satir venait d’enrichir le métamodèle. En outre, elle permit de décoder l’utilisation du langage relationnel verbal et non-verbal. Et parmi elles, les techniques de rapport et de synchronisation, ou comment utiliser le mimétisme comportemental dans un contexte thérapeutique.
programmation neuro-linguistique pnl definition objectifs therapie coaching excellent therapeute coach communication prise de parole en public bordeaux marseille paris moscou

La programmation neuro-linguistique et la communication

L’influence de Bateson ; anthropologie et cognitivisme

Gregory Bateson (1904-1980), biologiste et professeur d’anthropologie, échangeait régulièrement avec Bandler et Grinder. Il définissait la PNL comme une série d’outils d’apprentissage de niveau trois. Voici les niveaux logiques d’apprentissage de Bateson (1972) :
 
1- Apprendre (Réflexe stimulus)
2- Apprendre à apprendre (Epistémologie)
3- Apprendre à apprendre à apprendre (Epistémologie appliquée)
 
Cela me rappelle étrangement l’adage. « Donnez du poisson à un homme et il se nourrira un jour, apprenez lui à pêcher et il se nourrira toujours ». Qu’en pensez-vous ?
 
Un apport important de Bateson à la programmation neuro-linguistique provint de son intérêt pour l’étude systémique de la communication. En s’intéressant aux incongruences dans le contexte de la santé mentale, il finit par relativiser l’importance de la communication verbale (les mots). La communication non-verbale (le langage corporel, les non-dits etc.) et la communication para verbale (le ton, le volume, le rythme etc) sont prédominantes. Aujourd’hui les études montrent que les mots comptent pour 7% de la communication, contre 55% pour le non-verbal et 38% le para-verbal.
 
L’apport majeur de Bateson, présupposition de base de la programmation neuro-linguistique, est que « le corps et l’esprit font partie du même processus systémique ». Corps et esprit fonctionnement ensemble. C’est pour cela que j’ai choisi d’accompagner mes clients par la transe générative et le coaching génératif. Car ils invitent le corps et le mouvement dans la processus. Cela permet une intégration et une transformation beaucoup plus puissantes qu’un coaching mental ou l’hypnose par exemple.

Rencontre avec Milton Erickson, le père de l’hypnose moderne

Bateson, qui voulait participer aux recherches de la PNL, fit part à Bandler et Grinder de l’existence d’un thérapeute brillant. Il le croise régulièrement dans divers organismes de recherche tels que le Mental Research Institute, l’école de Palo Alto, l’Institut Esalen etc. Il s’agit de Milton Erickson, psychiatre, auteur d’imposants travaux sur les états modifiés de conscience.
 
En 1974, Bandler et Grinder se rendirent en Arizona rencontrer le créateur de l’hypnose ericksonienne. Il s’agissait du troisième référent clinique pour leur projet de modélisation. Considéré comme le chaînon manquant, Erickson ouvre des perspectives très différentes de celles dévoilées par Perls et Satir. Les techniques d’intervention d’erickson suscitent l’admiration de Bandler et Grinder. En effet, il utilise les mêmes schémas linguistiques de Perls et Satir mais de façon inversée. Au lieu de faire spécifier l’information des clients, Erickson reste le plus flou et le plus large possible. Cela lui permet d’atteindre l’inconscient de ses patients et d’influencer leur structure profonde. Après le méta model, est donc modélisé le Milton modèle.
 
Très rapidement, l’efficacité de la PNL est démontrée. La programmation neuro-linguistique reste jusqu’à aujourd’hui un outil thérapeutique et de communication puissant et efficace.
 
Communication et changement personnel sont les deux grands objectifs de la programmation neuro-linguistique.
 
Le terme de programmation neuro-linguistique fut lui-même choisi au printemps de 1976.
 
Dans le prochain article, je vous parlerai des déviances et évolutions de la programmation neuro-linguistique jusqu’à la transe générative et au coaching génératif.

Julien Pinot | Mage Intérieur

Maître Praticien PNL | Bordeaux, Marseille, Paris, Moscou

Formation PNL | Bordeaux, Marseille, Paris, Moscou

Formation communication et prise de parole en public | Bordeaux, Marseille, Paris, Moscou

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2019